Breaking News

La rumba, un patrimoine congolais

Née en Afrique Centrale, précisément au Congo, la Rumba est une danse du nombril. Elle va se répandre en Cuba avec le phénomène de l’esclavage. En 1960, lors de l’indépendance du peuple congolais, African Jazz, un groupe de rumba composera « Indépendance Cha Cha » qui sera considéré comme l’hymne de l’indépendance en Afrique

<h2>Quelle est l’origine de la Rumba ?</h2>

Les origines de la Rumba remontent à l’époque obscure de la traite négrière en Afrique. En effet, dans leur expédition en Amérique, les Africains ont apporté avec eux toutes leurs richesses culturelles. C’est ainsi que la Rumba appelée aussi « Nkoumba » s’est retrouvée en Cuba et au-delà de l’Afrique.

C’est une danse folklorique qui permet aux couples danseurs de se retrouver nombril contre nombril. Cette danse est attribuée aux Bakongos qui sont en effet  une ethnie du Sud du Congo. La Rumba est aussi connue au Congo-Brazzaville, en Angola et en Centrafrique.

Ce ne sont que dans les années 60, suite aux indépendances que l’Afrique va se réapproprier la Rumba et en faire son patrimoine. Les pères de la Rumba sont Papa Noel, Tabu Ley Rochereau et Paul Kamba.

<h2>La Rumba, quel avenir pour cette danse ?</h2>

La Rumba est devenue un patrimoine culturel du Congo. Ainsi, elle s’est améliorée depuis le fil des années avec divers artistes. A notre ère, il s’agit de Papa Wemba et Koffi Olamidé, ainsi que de nouvelles têtes telles que Fally Ipupa… Ces stars de la musique congolaise continuent de garder allumer le flambeau reçu de leurs pères.

Ainsi, la Rumba en plus d’être un genre musical  est un patrimoine culturel du peuple Mandingue. Elle est dorénavant inscrite au patrimoine culturel de l’UNESCO depuis le 30 novembre 2016. Elle devient donc ‘‘ Patrimoine Immatériel de l’Humanité ’’